LE GRAND PAN (Georges Brassens)


INTRO: Bm

Bm
Du temps que régnait le Grand Pan,
 C
Les dieux protégaient les ivrognes 
F#7              Bm 
Un tas de génies titubants
C#7                F#7   
Au nez rouge, à la rouge trogne.
Bm
Dès qu'un homme vidait les cruchons,
 C                                 
Qu'un sac à vin faisait carousse
F#7                  Bm
Ils venaient en bande à ses trousses
F#7              Bm 
Compter les bouchons.


    Em                                    A7
La plus humble piquette était alors bénie,
    D                               B7
Distillée par Noé, Silène, et compagnie.
   Em
Le vin donnait un lustre au pire des minus,
   Bm                           E#dim  F#7 Bm
Et le moindre pochard avait tout de    Bacchus.


                D                                  C
Mais en se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
            Bm         C     F#7         Bm
La bande au professeur    Nimbus est arrivée
               D                            C
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
             Bm       A    Bm
Chasser les Dieux du Firmament.


    D             A7            D        A7
Aujourd'hui ça et là, les gens boivent encore,
   D            A7           D              F#7
Et le feu du nectar fait toujours luire les trognes.
      Bm            F#7         Bm            F#7   
Mais les dieux ne répondent plus    pour les ivrognes.
    Em           Bm               E#dim F#7 Bm
Bacchus est alcoolique, et le grand Pan est mort.


 Bm
Quand deux imbéciles heureux
 C
S'amusaient à des bagatelles,
F#7              Bm
Un tas de génies amoureux
C#7                F#7
Venaient leur tenir la chandelle.
Bm
Du fin fond du champs élysées
C                        
Dès qu'ils entendaient un " Je t'aime ",
F#7                  Bm
Ils accouraient à l'instant même
F#7              Bm
Compter les baisers.


    Em                                    A7
La plus humble amourette était alors bénie
    D                                B7
Sacrée par Aphrodite, Éros, et compagnie.
    Em
L'amour donnait un lustre au pire des minus,
   Bm                            E#dim  F#7 Bm
Et la moindre amoureuse avait tout de   Vé__nus.


                D                                  C
Mais en se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
            Bm         C     F#7         Bm
La bande au professeur    Nimbus est arrivée
               D                            C
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
             Bm       A    Bm
Chasser les Dieux du Firmament.


    D             A7        D              A7
Aujourd'hui ça et là, les coeurs battent encore,
   D            A7        D          F#7
Et la règle du jeu de l'amour est la même.
      Bm            F#7          Bm              F#7
Mais les dieux ne répondent plus    de ceux qui s'aiment.
  Em               Bm               E#dim F#7 Bm
Vénus s'est faite femme, et le grand Pan est mort.


Bm
Et quand fatale sonnait l'heure
C
De prendre un linceul pour costume
F#7                 Bm
Un tas de génies l'oeil en pleurs
C#7                    F#7
Vous offraient des honneurs posthumes.


Bm
Et pour aller au céleste empire,
 C
Dans leur barque ils venaient vous prendre.
F#7                    Bm
C'était presque un plaisir de rendre
F#7            Bm
Le dernier soupir.


    Em                                     A7
La plus humble dépouille était alors bénie,
   D                                 B7
Embarquée par Caron, Pluton et compagnie.
   Em
Au pire des minus, l'âme était accordée,
   Bm                         E#dim  F#7    Bm
Et le moindre mortel avait l'éter____ni____té.


                D                                  C
Mais en se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
            Bm         C     F#7         Bm
La bande au professeur    Nimbus est arrivée
               D                            C
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
             Bm       A    Bm
Chasser les Dieux du Firmament.


    D             A7           D            A7
Aujourd'hui ça et là, les gens   passent encore,
      D              A7         D     F#7
Mais la tombe est hélas la dernière demeure
Bm             F#7          Bm              F#7
Les dieux ne répondent plus     de ceux qui meurent.
    Em           Bm               E#dim  F#7    Bm 
La mort est naturelle, et le grand Pan   est    mort.


      D                                  B7     Em
Et l'un des dernier dieux, l'un des derniers suprêmes,
    Bm                           F#7
Ne doit plus se sentir tellement bien lui-même
G              A7              D
  Un beau jour on va voir le Christ
                Am          B7          Em
Descendre du calvaire en disant dans sa lippe  
  Bm                              F#7
" Merde je ne joue plus pour tous ces pauvres types.
           G                  A               Bm
J'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste. "